Questions et polémiques


Sommaire Méthodes


Ma méthode d'éducation

Se former

Chercher un maître...
Chuchotage ou baratin ?
Anciens et Nouveaux Maîtres
Peu à la fois
Le support livre
Le support vidéo
Stages et formateurs

Grands noms

Danièle Gossin
Jean d'Orgeix
Philippe Karl
Michel Henriquet
John Lyons
Pat Parelli
Robert Miller
Monty Roberts
Marthe Kiley-Worthington
KF Hempfling
BJ Gentili

...De nombreux autres auteurs sont cités en bibliographie

 

 

 

 

 

Se former

Chercher un maître...

Rude tâche, pour le cavalier, que de se chercher des maîtres. Il est si facile de perdre du temps (et, ma foi, un peu d'argent aussi)  avec des pseudo-pédagogues qui savent fort bien se vendre, mais qui ne révèlent pas vraiment leurs secrets, ne savent pas s'expliquer, ou profèrent des affirmations fantaisistes.
Pour vous aider à trouver la méthode qui vous correspond, j'ai dressé plus loin
la liste des auteurs que je connais le mieux, en vous donnant mon avis (strictement personnel et qui n'engage que moi) : les bases de leur pratique, leurs points forts, leurs limites, ainsi que le profil de cavalier susceptible d'apprécier leur démarche...

Chuchotage ou baratin ?

Nouveaux maîtres ou chuchoteurs, ces noms sont devenus des arguments commerciaux, employés un peu à tort et à travers, qui recouvrent le meilleur et le pire.  La plupart des professionnels qui mettent un peu de psychologie dans leur équitation  cherchent à s'attribuer l'appellation pour attirer des clients. On les comprend. Autant se réjouir de cette émergence d'une approche plus éthologique et plus douce, tout en restant méfiant et en jugeant au cas par cas. Monter sans bride ou pratiquer des débourrages express, c'est spectaculaire, mais ce n'est pas une garantie de qualité. Quant aux prétentions non-violentes de certains, elles sont très séduisantes, mais ne résistent guère à un examen approfondi (voir Questions : La douceur, jusqu'où ? )

Anciens et Nouveaux Maîtres

L'appellation "Nouveaux Maîtres"  est en outre contestée par nombre de cavaliers de formation classique, qui prétendent, un peu vite, que les Anciens avaient déjà tout dit. Pourtant, si l'on s'intéresse au courant de pensée américain représenté par Hunt, Parelli, ou Lyons, il est clair  que le message est réellement innovant, sur deux points  jusqu'ici négligés :

  • Etablissement d'une relation de hiérarchie et de  confiance au sol, par un travail en liberté et/ou en main où les gestes constituent l'aide essentielle (et non les aides tactiles,  mors, gaule ou caveçon, comme dans le travail à pied des Anciens)
  • Résolution des problèmes en laissant le choix au cheval plutôt qu'en essayant de le contraindre. (on lui permet par exemple la fuite, mais en rendant celle-ci inconfortable : galop prolongé autour du rond de longe...)

Il faut reconnaître que les "Anciens" ont abordé l'équitation plutôt sous l'angle du dressage, et évoqué essentiellement les aides tactiles. Ils ne peuvent donc satisfaire pleinement à la demande des cavaliers actuels, qui s'intéressent aussi au cheval hors du box et du manège... En revanche, dans leur domaine (le dressage classique), ils restent des références.

Peu à la fois

Il faut de tout pour faire un cavalier... Autant qu'il évite le sectarisme et qu'il admette qu'à chaque étape de sa progression, il rencontrera un "maître" qui l'aidera à gravir une ou plusieurs marches. Puis, en fonction de ses progrès, de sa discipline, de son tempérament aussi, il lui faudra faire une autre rencontre, pour avancer encore un peu.
Il est important de comprendre que le volume des connaissances équestres ne peut être digéré d'un coup... A chaque rencontre, seule sera ingérée une petite cuillerée de nouveautés , celles qui  répondent aux besoins du moment. C'est pourquoi il ne faut jamais hésiter à relire les livres déjà lus, revoir les K7 déjà visionnées, refaire un stage avec un intervenant déjà rencontré :  ce sera l'occasion de saisir des infos sans doute déjà entendues, mais  qui n'étaient pas encore assimilables la première fois...

Le support livre

Chaque support présente ses limites : un livre vous aidera à comprendre la logique profonde d'une démarche, un état d'esprit, mais vous aurez du mal à saisir le bon geste, le dosage des aides, la mise en oeuvre pratique, surtout en l'absence d'illustrations correctes. Dans un livre, l'auteur peut "mentir", affabuler, gommer les aspects les moins délicats de sa méthode, prétendre que les chevaux l'aiment et lui obéissent comme par miracle, etc.

Le support vidéo

Avec la vidéo, au moins, les gestes du formateur se voient bien, les réactions du cheval aussi. L'application pratique est donc facilitée. En revanche, les explications ne donnent pas toujours une image globale de la méthode suivie, et celle-ci est souvent présentée sur un unique cheval (parfois déjà préparé), ce qui ne permet d'observer qu'un seul type de réaction : vous pouvez compter sur le vôtre pour avoir d'autres idées...
Attention, à la fausse impression de vérité qui se dégage de certaines K7, gardez votre sens critique. Le montage, le cadrage et les commentaires peuvent vous induire en erreur : coupes de certains passages moins convaincants, plan serré qui empêche de voir l'aide ou l'élément extérieur qui fait réellement agir le cheval, etc. L'honnêteté n'est pas forcément de la partie !

Stages et formateurs

Désormais, la fédération délivre des agréments à de formation à l'équitation éthologique. Le Haras de la Cense (formation Parelli), Elisabeth de Corbigny (inspiration John Lyons), le château de la Beaume (appuyé sur l'australien Ken Faulkner, ex-parelliste), Nicolas Blondeau (inspiration classique, spécialiste du débourrage),  ont ainsi vu valider leurs compétences.

Autant de chapelles, autant de méthodes, avec leurs points communs et leurs divergences, dont il vaut le coup de faire gaiement le tour, pour peu qu'on soit très fortuné: l'aspiration éthologique se paye assez cher, ces temps-ci...

Si l'on peut s'attendre à une certaine qualité d'organisation et d'enseignement de la part de ces structures bien rodées, il reste difficile de faire un choix parmi la kyrielle des intervenants français, qu'ils soient ou non validés par la fédé. Lorsqu'on est débutant en "équitation éthologique", comment savoir si ce que l'on vous raconte est valide, approximatif ou erroné? N'importe qui peut bâcler un join-up, sans être pour autant un expert en psychologie équine.

Comment reconnaître un bon formateur ? Il sait vous expliquer pourquoi il fait les choses, il ne prétend pas avoir tout inventé (il évoque ses maîtres),  il s'intéresse à toutes les disciplines, il vous parle avec patience, il est adroit à pied mais aussi en selle, il a des chevaux dressés qui font avec plaisir des choses étonnantes... Et surtout, il vous fait progresser, vous et votre cheval.
Comment en reconnaître un mauvais ? Vous ne comprenez pas bien ce qu'il dit, vous ne saisissez pas pourquoi il fait certaines choses... Il vous conseille de changer de cheval, cherche à vous en vendre un... Il se met en colère contre vous, ou se désintéresse de votre cas lorsque que vous n'y arrivez pas... Il n'obtient pas de résultat avec votre cheval et fait comme si de rien n'était... ou lui fait subir un traitement apparemment désagréable, sans pouvoir vous expliquer son bien-fondé.

Les chuchoteurs

J'utilise le terme "chuchoteurs" pour qualifier ceux qui ne travaillent que le cheval, sans associer le propriétaire à l'intervention.

Avant de laisser votre monture aux mains d'un chuchoteur, réfléchissez-y à deux fois. D'abord parce que le problème de votre cheval est sûrement aussi (peut-être même d'abord) le vôtre, et que vous feriez bien de vous former avec lui, au lieu de le laisser aller se faire rééduquer tout seul... Ensuite parce que le travail dans le rond (qui passe pour une panacée, ces temps-ci) est souvent à tort initié de manière agressive, en bousculant l'animal, physiquement et moralement. Et allez, que je t'envoie la corde aux fesses alors que tu n'as rien fait de mal, et allez, que je t'impose une succession de demi-tours violents vers l'extérieur, et que je te stimule si fort que tu te cognes aux parois... Je passe sur l'emploi éventuel d'enrênements, souvent inspiré de la tradition western plus que de la psychologie, en rappelant seulement que chaque année des chevaux se tuent à cause de ces stupides ficelles.

Si vous n'êtes toujours pas découragé, et que vous croyez vraiment au succès d'un travail dont vous serez exclu, faites-vous donc expliquer avant la séance la procédure à laquelle votre cheval va être soumis, vous verrez ainsi si votre chuchoteur a les idées claires et un vrai projet, ou s'il avance à l'aveuglette en comptant sur un vague join-up pour guérir tous les maux.

 

 

 

Danièle Gossin

Cavalière indépendante, formée à l'éthologie, ayant poussé fort loin des expériences  avec sa jument Dalame
Courant : équitation de tradition française
Points forts  : l'usage de la voix, la motivation par les récompenses. Ouvrages vivants, pleins d'amour du cheval.
Point faible : l'expérimentation n'a pas été étendue à un grand nombre de chevaux. Mais ça marche !
Mise en oeuvre : facile  (et très utile).
Public concerné : le  propriétaire indépendant qui cherche à motiver sa monture, à l'intéresser davantage à son travail.
Voir ses ouvrages

Jean d'Orgeix
Ancien cavalier de saut d'obstacles très titré. Pédagogue et formateur infatigable. Aborde l'équitation avec un esprit scientifique !
Courant : équitation sportive + réflexion personnelle
Points forts  :  beaucoup de logique et de franc-parler. N'hésite pas à remettre en question les incohérences de la formation traditionnelle, preuves à l'appui. Discours très organisé, inventivité, qualités pédagogiques.
Point faible : conception de l'apprentissage un peu "à l'ancienne" : voix parfois grondante, exigences parfois un tout petit peu trop élevées, que le cheval met du temps à saisir (mais je chicane...)
Mise en oeuvre : très facile
Public concerné : le cavalier qui veut améliorer sa technique, et monter avec plus de logique et d'efficacité. Le propriétaire qui veut faire progresser son cheval sur le plat ou à l'obstacle.
Voir ses ouvrages

Philippe Karl
Ecuyer, ancien du Cadre Noir de Saumur. Excellent pédagogue, cultivé et plein d'humour, dont les écrits et les stages font une belle carrière en France et à l'étranger (dont l'Allemagne particulièrement). Ce formateur réputé mène une véritable croisade contre l'encapuchonnement et ses ravages, et Dieu sait qu'il y a du pain sur la planche...
Courant : dressage de tradition française, Baucher, La Guérinière, la légèreté + équitation sportive 
Points forts  :  Approche pratique, claire et concrète du dressage à pied (longues rênes) et en selle.  Des procédés efficaces, dans le respect du cheval.
Point faible :  Pour bien tout comprendre, le lecteur devra faire l'effort de s'intéresser un peu à l'anatomie, aux muscles et au squelette, mais promis, il n'aura pas à le regretter.
Mise en oeuvre : suppose des bases déjà solides
Public concerné : pour les dresseurs, ou les cavaliers d'autres disciplines qui commencent à s'intéresser à l'équilibre de leur monture, à sa maniabilité, à son attitude. Pour ceux qui aiment savoir le pourquoi des choses!
Voir ses ouvrages

Michel et Catherine Henriquet
Dresseurs renommés, tous deux enseignants. Ancien élève d'Oliveira, Michel Henriquet collabore avec Cheval Magazine depuis des années. Son épouse Catherine Henriquet a participé aux JO de dressage avec le lusitanien Orphée RBO. 
Courant : dressage de tradition française.
Points forts  :  grande expérience et grande culture. Une approche très rigoureuse et précise du dressage avec la légèreté comme pierre d'angle. Bonne exploitation des effets psychologiques de la répétition et des enchaînements de séquences.
Point faible : l'accent n'est pas suffisamment mis sur les formes de récompense les mieux adaptées au dressage, que j'ai pourtant vu Catherine pratiquer très efficacement :  pause rênes longues, caresse et repos immédiat après un effort réussi.
Mise en oeuvre : si bases solides ; plutôt en complément de leçons de dressage.
Public concerné : pour se perfectionner en dressage. Pour mieux comprendre les mouvements et leur juste exécution.
Voir les ouvrages

John Lyons
Talentueux pédagogue américain, plein d'humour, de patience, et d'amitié pour les chevaux. Démonstrations édifiantes avec son célèbre étalon appaloosa Zip. 
Courant : Nouveau Maître américain :  travail à pied, équitation western, débourrages, dressage, chevaux à problèmes... Système fondé sur l'acquisition de réflexes conditionnés
Points forts  :  Grande douceur, patience, souci permanent de la sécurité du cheval et du cavalier. Chaque problème est envisagé avec logique et décomposé en petites étapes faciles.
Point faible : des séances parfois très longues ; le côté un peu aride du travail bien fignolé !
Mise en oeuvre : facile, à condition d'accepter d'y passer du temps, pour construire des résultats solides.
Public concerné : tous cavaliers, propriétaires ou non. Lyons permet à chaque cavalier d'acquérir l'esprit d'un éducateur, jusqu'à trouver seul des solutions à de petits problèmes inédits. C'est un véritable travail sur soi
Voir ses ouvrages / Lien

Pat Parelli
Le surdoué américain. Très créatif, plein d'humour, avec le sens de l'image et une extraordinaire virtuosité. Grande présence gestuelle. Démonstrations spectaculaires... (débourrages, embarquements...). A noter sa présence au Haras de la Cense tous les ans en septembre.
Courant : Nouveau Maître américain :  travail à pied, équitation western, spectacle, débourrage...
Points forts  :  Un véritable système d'enseignement, organisé par étapes (les 7 jeux), et très efficace.
Point faible : organisation d'enseignement pyramidale, parfois ressentie comme sectaire. La voix et les friandises sont volontairement mises de côté : dommage !
Mise en oeuvre : très abordable et gratifiante, à condition de rentrer sérieusement dans le système. Une bonne gestuelle naturelle facilite les choses.
Public concerné : tout cavalier, et en particulier le propriétaire qui cherche une meilleure relation avec sa monture, qui veut surmonter son manque de confiance, ou remédier à des problèmes de comportement. De plus en plus connueen France, la méthode est à la source des "savoirs éthologiques" développés en collaboration avec la FFE...
Voir ses ouvrages / Lien

Robert Miller
Vétérinaire très connu pour sa méthode d'imprégnation des poulains. Egalement ami de Parelli et bon théoricien du mouvement des Nouveaux Maîtres américains (Natural horsemanship)
Courant : Nouveaux Maîtres américains
Points forts (imprégnation)  :  Bonne explication des phénomènes de sensibilisation/désensibilisation.
Point faible : l'Imprégnation est contestée par les éthologues (appellation, principe). Elle nuirait à l'établissement des rapports poulain/jument, avec des effets néfastes à long terme.
Mise en oeuvre : délicate. Gros risque de fausses manoeuvres. Dans ce cas on obtient des poulains à problèmes, qui ne respectent pas du tout l'homme. 
Public concerné : éleveurs, pour l'imprégnation. Tout public pour la K7 "Understanding horses" qui représente une excellente synthèse, à mettre entre toutes les mains (bilingues).
Références de son livre

Monty Roberts
Peut-être le plus connu des "Nouveaux Maîtres" en France, parce qu'il a publié beaucoup d'ouvrages dans notre langue. Mais si l'on excepte sa fameuse technique de "jonction" dans le rond, on ne peut pas dire qu'on l'ait vu faire tellement de démonstrations en selle, ni dépasser vraiment le stade des conseils de début de débourrage.
Courant : "chuchoteur ?" 
Points forts  :  Très médiatique, il a contribué à lancer l'idée d'éducation non-violente, et à populariser les "chuchoteurs".
Point faible : presque pas d'apport technique, à part la "jonction" dans le rond Les débourrages sur K7 comportent des erreurs de progression assez stupéfiantes de la part d'un homme qui se vante d'en avoir pratiqué des milliers. Un livre paru contre lui aux Etats-Unis (Horses, whispers and lies) conteste vigoureusement certains points de son autobiographie, et en particulier le descriptif au vitriol qu'il fait des méthodes de son père.
Public concerné : ceux qui pratiquent le travail dans le rond, et qui veulent lire plus efficacement les signaux envoyés par le cheval
Voir ses ouvrages et ceux de son élève R. Maxwell

Marthe Kiley-Worthington
Véritable éthologue, dynamique éleveuse de pur-sangs arabes, qui mène des expériences pratiques sur les modes d'apprentissages et la motivation du cheval. 
Courant : Ethologie, dressage et sport, insiste sur la polyvalence du cv. 
Points forts  :  Amour du cheval, bon sens, démarche scientifique, recherche d'un mode de vie qui concilierait bien-être et travail.
Point faible : Ses livres sont une base de réflexion et de connaissance, pas des manuels pratiques.
Public concerné : tout cavalier qui cherche à mieux comprendre son compagnon et qui s'interroge sur son bien-être.
Voir ses ouvrages

K.F. Hempfling
Allemand, ancien danseur ayant mis au point une méthode personnelle de travail au sol et d'équitation
Courant : Genre Nouveau Maître mais ne se réclame d'aucune filiation. Dressage classique (recherche de la légèreté )
Points forts  :  Vaste programme de travail au sol, en main et en liberté.
Points faibles : beaucoup de grandes phrases un peu mystiques, mais pas toujours assez d'explications rationnelles et pratiques. Prétend réinventer le dressage classique qu'il critique violemment alors que sa conception de la légèreté est loin de constituer une nouveauté. 
Mise en oeuvre :  possible pour le travail au sol, à condition de ne pas avoir un "cheval à problèmes" (certains exercices présentent des dangers) 
Public concerné : propriétaire cherchant à établir une meilleure relation, à varier le travail au sol
Voir ses ouvrages

Bino Jacopo Gentili
Ethologue italien, ayant surfé sur la première vague française d'engouement pour les Nouveaux Maîtres . 
Courant : Semble s'inspirer des Nouveaux Maîtres américains. Méthode de débourrage et de désensibilisation. 
Points forts  :  sa K7 montre en détail l'amorce d'un débourrage dans le rond (une séance), jusqu'à la mise en selle.
Point faible : Aucun détail sur la suite du débourrage ! Des explications éthologiques qui semblent souvent fantaisistes...
Mise en oeuvre : prudence ! 
Public concerné : éducateurs de jeunes chevaux souhaitant varier les points de vue sur le débourrage

 

Accueil