précédent


sommaire Trec


suivant

PTV : Pentes en main

Il s'agit cette fois de payer de sa personne puisqu'il faut descendre une pente raide ou l'escalader en tenant son cheval en main, à distance suffisante derrière soi pour progresser en sécurité.

Hélas, comme la bête dispose d'un généreux total de 4 membres actionnés par des muscles tout aussi généreux, elle est parfois tentée de grimper beaucoup plus vite que son malheureux bipède, sur lequel elle ne peut pas toujours s'empêcher de s'essuyer les pieds en passant. Idem dans les descentes, où son poids qui l'entraîne  peut  réduire en bouillie quelques-uns de vos bas-morceaux. 

Autant dire qu'il vaut mieux avoir mis au point par avance un contrat de distance avec elle... Il est en effet très difficile de progresser en équilibre dans une pente raide, tout en repoussant des gestes ou de la main les 500 kg d'un cheval si pressé d'arriver.

Quelques erreurs à éviter : 

- tenir son cheval très court, pour essayer de le maintenir en arrière en tendant le bras derrière soi. Il faut au contraire déboucler une rêne, pour l'envoyer très loin derrière soi, et lui rappeler de respecter ses distances par gestes, éventuellement en agitant sa cravache.

- Se dépêcher en espérant rester devant : voyant son cavalier courir, le cheval aurait du mal à s'empêcher de trotter, et là, il dépasserait, à coup sûr. Mieux vaut s'engager très lentement, en donnant de nettes indications gestuelles pour modérer sa prise d'élan.

A savoir en cas d'urgence : on peut ralentir le cheval bien avant qu'il n'arrive trop près, en se servant de son réflexe d'opposition. Il suffit d'agiter un peu  la longe, ce qui lui crispera l'encolure et le fera ralentir. Attention, c'est une intervention punitive, qui gêne l'effort du cheval, et que le jury peut décider de pénaliser. Rien ne remplace un sérieux entraînement à la maison.

 

Accueil